LinuxPedia

Wiki libre et indépendant dédié à GNU-Linux et BSD.

Outils pour utilisateurs

Outils du site


bsd:freebsd

FreeBSD

Présentation

FreeBSD est un système d'exploitation UNIX libre. Le nom vient de l'association d'une part de free qui signifie à la fois libre (liberté) et gratuit dans l'anglais courant, et d'autre part de BSD (Berkeley Software Distribution), l'UNIX® développé à l'Université Berkeley de Californie. Free prend un sens plus connoté dans ce nom : il signifie que le logiciel peut être utilisé gratuitement même pour un usage commercial, que les sources complètes sont disponibles et utilisables avec un minimum de restrictions quant à leur usage, leur distribution et leur incorporation dans un autre projet (commercial ou non), et enfin que n'importe qui est libre de soumettre son code source pour enlever un bogue (bug) ou améliorer le logiciel, ce code étant incorporé aux sources après accord.
L'objectif du projet FreeBSD est de fournir un logiciel pour n'importe quelle utilisation, ce avec le moins de restrictions possibles.
Historiquement les développeurs se sont focalisés pendant un temps sur la plate-forme i386 au sens large (x86) et les performances, c'est-à-dire les temps de réponses du système pour n'importe quelle sollicitation. Actuellement, FreeBSD est utilisable et supporté par la communauté sur un grand nombre de plate-formes : Alpha (HP/Compaq), AMD64, ARM, i386 (architecture i386 ou x86, incluant les Pentium®), ia64 (la famille de processeurs Intel Itanium® et Itanium® 2), MIPS, PC98 (architecture NEC PC-98×1), PowerPC®, SPARC (architecture UltraSPARC® de Sun Microsystem) et Xbox.
FreeBSD offre des possibilités avancées en terme de réseau, performance, sécurité et compatibilité. Il y a notamment une compatibilité binaire Linux et Windows NT (XP inclus). La première permet l'exécution de programmes compilés Linux, la seconde permet l'utilisation des pilotes Windows NT des cartes réseau local sans fil Wi-Fi ou Airport (WiFi d'Apple). Le logiciel est un standard industriel sur le marché des serveurs. De nombreux fournisseurs d'accès, hébergeurs et organismes utilisent FreeBSD, parmi lesquels Walnut Creek CDROM, Yahoo! Inc. ou Netcraft. FreeBSD détient le record – établi le 24 mai 1999 – de transfert de données par un serveur : 1,33 teraoctets ou 1359 gigaoctets en 24 heures.


Le daemon BSD (beastie)

Le personnage rouge et souriant est le daemon BSD. Dans le contexte des systèmes UNIX, les daemons - d(isk) a(nd) e(xecution) mon(itor) - sont des programmes de maintenance travaillant en arrière plan et ne nécessitant pas d'intervention humaine. Si daemon était entre le milieu du XVIe siècle et le XIXe siècle l'orthographe d'usage pour demon, aujourd'hui ces deux termes diffèrent. Dans les anciennes croyances grecques daemon désignait une divinité, un être surnaturel, un génie ou ange gardien. En revanche demon (démon en français) a une connotation diabolique. Le terme daemon est réapparu dans les années 1980 avec les début d'UNIX, ce avec la même ancienne connotation grecque. Le daemon BSD à la fois revêt l'apparence d'un démon (avec les cornes, et la queue pointue) et incarne un daemon par son apparence bienveillante.
Le daemon BSD s'appelle officiellement beastie, ce qui se prononce comme BSD en anglais. Le nom erroné de Chuck a été employé pendant un temps, à l'origine par Walnut Creek CD-ROM. John Lasseter créa le premier l'image de beastie. Depuis 1988 les droits sur le daemon BSD sont détenus par Marshall Kirk McKusick, ancien développeur à l' UC Berkeley Computer Systems Research Group (CSRG). L'image de beastie ci-contre a été créée par Poul-Henning Kamp, ancien membre de la core team.


Le système

FreeBSD est un système d'exploitation à part entière qui comprend le noyau, une partie utilisateur, et les sources. Les programmes ne faisant partie de FreeBSD comme Apache et firefox sont dans le système de ports. Les logiciels important comme le serveur graphique X11, les gestionnaires de fenêtres comme Kde et fluxbox sont intégrés comme packages (port précompilé) dans les cédéroms de publication de FreeBSD. FreeBSD est publié en grande majorité sous licence BSD, et sous licence GPL (GNU General Public Licence). Les sources protégées par la licence GPL sont dans un répertoire séparé.


Les Ports

Il s'agit d'une des grandes forces de FreeBSD. Chaque port est un ensemble de fichiers informatifs précisant où trouver les sources d'une application, éventuellement quelles corrections apporter, comment compiler, et quels sont les programmes ou bibliothèques dont l'application dépend (ces programmes et bibliothèques sont simplement appelées dépendances). Par extension, un port est une application portée sur FreeBSD. Il y a plus de 15000 ports l'été 2006. Chaque port peut être installé sous forme binaire ou package (système équivalent aux fichiers .rpm, .deb, etc. des distributions Linux) ou compilé depuis les dernières sources (équivalent des pkgsrc de netbsd). Le système est fait de telle manière qu'avec une seule commande, les sources de l'application et des dépendances sont téléchargées, compilées et installées sur le système d'exploitation.
Depuis avril 2006, l'environnement Java de Sun Microsystems est disponible pour les plateformes PC 32bits (Java Runtime Environment/JRE et Java Development Kit/JDK) en version 1.5. La fondation FreeBSD a négocié une licence auprès de Sun Microsystems pour une distribution précompilée de cet environnement.

FreeBSD est considéré comme un standard industriel dans le marché des serveurs. Il n'y a pas de données maintenues sur les utilisateurs du système d'exploitation, mais des organismes d'observation comme Netcraft (qui a tous ses serveurs sous FreeBSD) permettent d'effectuer des évaluations qualitatives. De grandes parties d'internet (Netblock owners) sont sous FreeBSD :

  • HotJobs.com Ltd, qui comprend entre autres yahoo, altavista ou geocities
  • Rackspace.com
  • Isle, Inc
  • Bayerischer Rundfunk
  • Japan Network Information Center
  • Facebook
  • ViaNet Communications
  • Hopemoon Co, Ltd
  • Full Internet Provider

D'anciens utilisateurs (ou actuels mais non confirmés) de FreeBSD sur serveurs sont: Microsoft (hotmail)
L'utilisation de FreeBSD pour un usage domestique, sans être confidentielle, est bien plus modérée auprès du grand public que le système GNU-Linux. Pourtant, FreeBSD fait fonctionner les logiciels qui ont largement aidé à populariser les systèmes GNU-Linux, parmi lesquels le serveur graphique X associé à l'espace bureautique et de fenêtrage Kde, la suite bureautique openoffice.org, le navigateur firefox. FreeBSD est libre comme GNU-Linux. FreeBSD ne s'installe pas plus difficilement que les distributions GNU-Linux.
D'autres facteurs entrent en jeu. Sans prétention d'exhaustivité, de hiérarchie quant à l'impact, il y a vraisemblablement:

  • la médiatisation, à laquelle ont participé de grandes entreprises comme IBM, Microsoft, Novell ou RedHat, des organismes d'état et les différents médias qui relayent les sujets sélectionnés.
  • une synergie entre des mouvements: logiciel-libre, un contre courant par rapport à Microsoft et aux solutions payantes.
  • la licence : parfois jugée trop libre, elle permet à des entreprises comme Apple ou Microsoft d'intégrer du code FreeBSD à leur système d'exploitation.
  • Sans être décisif, un logo ou un slogan est un porte parole qui par la répétition et la force de l'image aident à marquer les esprits. En informatique du libre, la tendance est aux mascottes.


Tutoriels

Dernière version stable

FreeBSD 8.0 est disponible.
Cette 8ème version apporte de nombreuses nouvelles fonctionnalités et améliore grandement les fonctionnalités de FreeBSD 7.X.
FreeBSD 8.0 inclut:

  • la prise en charge expérimentale de Xen en domU,
  • un système de virtualisation simplifié avec VirtualBox OSE,
  • une nouvelle version des jails pour permettre l'éxecution des jails 32bits sur un hôte 64bits.

Désormais, la construction des paquets prend en compte les processeurs multicores et les machines multiprocesseurs.
La prise en charge complète de “NFS” afin de pouvoir bénéficier de NFSv4 et un meilleur support des réseaux Wi-Fi maillés.
La bonne nouvelle est que FreeBSD peut maintenant gérer jusqu’à 26 partitions et d'innombrables d'autres innovations.
Pour plus d'informations, vous pouvez consulter [http://www.freebsd.org/releases/8.0R/announce.html[|l'annonce de sortie]] et les notes de publication.


Liens

bsd/freebsd.txt · Dernière modification: 2018/11/17 13:52 (modification externe)